Performance au collège / 3 octobre

Le mardi 3 octobre au Collège Maurice Genevoix à Romorantin-Lanthenay, l'équipe de La Belle Orange ainsi que les chorégraphes Cécilia Ribault et Nicolas Maurel sont intervenus lors de passages éclairs dansés au sein de chaque classe (environ 23).

En gardant le silence, ces derniers ont distribué de petits papiers où figurait leur présentation en quelques mots ainsi que le programme de la journée performance.

Les réactions furent diverses et variées. Certains élèves sont restés très concentrés dans leur travail tandis que d'autres se sont avec amusement prêtés aux jeux des chorégraphes.

Cécilia a beaucoup joué en résonance avec la matière enseignée et les réactions des élèves.

 

Par exemple :

En classe d'Espagnol, un dialogue de sourd avec la professeure, en classe d'Anglais, le refrain du fameux "Let's dance" de David Bowie... Certains ont lancé des questionnements face à l'improvisation de Cécilia : " Tu es danseuse ? " " Es tu connue ? " " Moi aussi je sais faire le grand écart ! " " C'est parce que tu es une fille que tu sais faire ça ..." La chorégraphe a répondu par des gestes dansés en gardant le silence.

 

Nicolas en tant que visiteur impromptu parfois turbulent, a beaucoup joué avec les éléments, matériaux qui se trouvaient présents dans les classes en essayant de faire interagir les élèves.

 

Par exemple :

En écrivant sur le tableau blanc en étant pris d'une frénésie de tremblements, en jouant avec le clavier des ordinateurs de la salle de technologie, en s'asseyant à côté des élèves et en jouant le rôle d'un écolier un peu particulier.

 

Suite à ce passage qui fût un véritable challenge pour les chorégraphes et une première rencontre marquante pour les élèves, Nicolas s'est installé pour une performance in situ dans la cour du collège avec son "intermit-tente" en duo avec Cécilia, tous deux vite entourés par une centaine d’élèves interloqués, fascinés, curieux, impressionnés...

 

 

Atelier / formation entre chorégraphes et professeurs

Première partie

Ces performances ont été suivies dans l'après-midi d’une initiation à la danse donnée par les deux chorégraphes auprès de l’équipe pédagogique participant au projet de résidence-mission.

 

Au début certains professeurs étaient un peu réservés durant la phase d'échauffements, mais ils se sont rapidement sentis en confiance auprès des chorégraphes qui sont intervenus à tour de rôle, chacun une heure.

 

Nicolas a travaillé sur la prise de conscience de chaque partie du corps : muscles, articulations, membres... en coordination avec la respiration en concluant avec des exercices d'auto massage ainsi qu'avec des exercices en mouvement afin de travailler la marche. (Avant, arrière, direction du regard...)

 

 

Deuxième partie

Cécilia a pris la suite de la formation en poursuivant le travail de Nicolas sur la marche en travaillant la vision "panoramique", l'écoute des mouvements des autres et de ses propres mouvements.

Je marche, je m'arrête, je tombe ...

Ensuite, Cécilia a proposé aux professeurs de continuer cet exercice mais dès l'instant où une personne s'arrête les autres personnes autour doivent s'arrêter également, une autre personne ensuite ou celle qui s'était arrêté décide de "débloquer" l'immobilité du groupe en se remettant à marcher.

Suite à ces exercices d'écoute collective, Cécilia et Nicolas ont proposé des moments d'improvisation dansées sur un fond sonore et musical en partageant le groupe en deux tout en suivant la trame des exercices précédemment abordés. 

 

Entre autres, cette journée a permis aux professeurs d'avoir une idée plus précise du principe de résidence mission et de se familiariser avec l'approche pédagogique des chorégraphes. L'équipe a été très enthousiaste face à cette première formation. Leur investissement physique a été important et engagé.

 

Article de La nouvelle républiquICI 

Article de la Nouvelle République

[Performance de Sandrine Bonnet / 27 novembre 2017]

 

 

        > Article ici <